Forum des Prisons Index du Forum
Forum des Prisons Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 BIENVENUE SUR LE FORUM DES PRISONS 
  
     
      


Nouvel(le) inscrit(e) ? Pour préserver la vie privée de nos membres, pour mieux vous aider ou vous soutenir.

présentez-vous dans les 3 jours suivant votre inscription.

 
Cliquez ici pour accéder au forum de dialogue


Cliquez ici pour accéder au portail

 Cliquez ici pour accéder à la page Facebook du forum

      
« C'est pas parce qu'on a connu la délinquance qu'on ne vaut rien »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Prisons Index du Forum -> LES RUBRIQUES : -> ..............................TOUS SUJETS PUBLICS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
titi_nikki
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2012
Messages: 2 504
Localisation: Angers
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 2 660
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun 20 Oct - 18:53 (2014)    Sujet du message: « C'est pas parce qu'on a connu la délinquance qu'on ne vaut rien » Répondre en citant

« C'est pas parce qu'on a connu la délinquance qu'on ne vaut rien »


Il aimerait montrer son visage, dévoiler son nom. Il a un emploi, il en est fier. Mais c'est oublier que ses collègues ignorent son passé. « On ne sait pas comment ils peuvent réagir. Les préjugés sont tenaces », note Paul Goutry, le référent emploi de Justice deuxième chance (J2C). Condamné l'an passé à un an de prison ferme pour vol avec violence, Ibrahim* est le stéréotype de la « petite frappe » : pas d'études, pas de travail, des journées entières à errer et, au bout, la tentation de la délinquance pour gagner quelques euros. « La première fois, au tribunal, j'ai eu du sursis. La deuxième fois, c'était du ferme. J'ai des potes en prison, certains sont même contents d'y être. Moi, je ne voulais pas y aller. Ça m'a calmé direct. »

Ibrahim est un cobaye scruté à la loupe. Il est ainsi le premier détenu de France à bénéficier du dispositif J2C. Une grande entreprise partenaire de l'association lui a offert un emploi dans sa branche logistique. Un CDD en forme de coup de poker, qui a débouché il y a quelques jours sur une formation qualifiante d'un an, suivie, si tout va bien, d'un CDI. « Pour l'instant, c'est génial. Le travail est physique, mais je suis content. Je discute avec tout le monde, on s'apprécie. Quand j'ai fini, je suis pressé de retourner travailler le lendemain », jure le jeune homme de 24 ans.

Enfant des cités du XVIII e arrondissement de Paris, Ibrahim est un élève médiocre malgré un environnement familial stable. « Je suis le premier à avoir ramené les flics à la maison. Quand mes grands frères ont su, ils m'ont défoncé », se souvient-il. Orienté en BEP électrotechnique, il sèche les cours, et commence à buller avec ses copains du quartier. « On s'est coupés de la société. On restait entre nous, toute la journée. On s'est monté la tête, et puis on a fait des conneries. » Ibrahim et sa clique commettent des vols à l'arraché et revendent le produit de leurs délits. « Si j'avais continué l'école, je n'aurais pas fait ça », relève-t-il aujourd'hui.

Sa première condamnation à du sursis en 2011 sonne comme un avertissement. Ibrahim se met enfin au travail. Il obtient des contrats courts dans des boutiques de vêtements, fait quelques déménagements. Puis replonge. Lors de son deuxième procès, il met en avant sa maigre expérience professionnelle comme une preuve de bonne volonté et obtient un bracelet électronique en lieu et place d'une incarcération. Détenu sur le papier, mais libre en pratique, il cherche un job sur Internet, en vain. « Je n'avais pas de diplôme, et c'est la crise. En plus, le bracelet était fragile, il sonnait tout le temps. Imaginez la tête de l'employeur s'il s'était déclenché pendant un entretien d'embauche. » L'association J2C entre en contact avec le conseiller en probation d'Ibrahim en mai. Son expérience professionnelle, même courte, lui vaut d'être repéré. Son CV est transmis à une grande entreprise qui tente le pari. « J'étais chaud tout de suite, se souvient la jeune recrue. On m'a dit qu'au bout, il y aurait sûrement un CDI. Le rêve ! » L'entretien d'embauche se passe sans encombre. « La directrice ne m'a pas interrogé sur mon passé. Je crois qu'elle savait pour mes conneries. Mais elle m'a traité comme n'importe quel candidat. »

Aujourd'hui, Ibrahim est « juste heureux ». « Son employeur aussi. Ibrahim est travailleur, ponctuel, et s'est bien intégré à l'équipe », assure Paul Goutry. « Je vis encore chez mes parents. J'ai envie d'avoir un logement, d'être autonome. Et puis d'évoluer dans la société ». Epanoui mais aussi reconnaissant. « C'est pas parce qu'on a connu la délinquance qu'on ne vaut rien. Il faut qu'on nous tende la main, qu'on nous donne une deuxième chance », plaide-t-il. Une chance d'autant plus précieuse qu'elle sera peut-être aussi la dernière.

* Le prénom a été changé.


Source : leparisien.fr

_________________
Titi_nikki

La prison est un dépotoir de ce que la société ne sait pas gérer


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 20 Oct - 18:53 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Prisons Index du Forum -> LES RUBRIQUES : -> ..............................TOUS SUJETS PUBLICS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com