Forum des Prisons Index du Forum
Forum des Prisons Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 BIENVENUE SUR LE FORUM DES PRISONS 
  
     
      


Nouvel(le) inscrit(e) ? Pour préserver la vie privée de nos membres, pour mieux vous aider ou vous soutenir.

présentez-vous dans les 3 jours suivant votre inscription.

 
Cliquez ici pour accéder au forum de dialogue


Cliquez ici pour accéder au portail

 Cliquez ici pour accéder à la page Facebook du forum

      
La peine de contrainte pénale s’installe lentement en France

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Prisons Index du Forum -> LES RUBRIQUES : -> ..............................LES LIBERTES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
titi_nikki
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2012
Messages: 2 504
Localisation: Angers
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 2 660
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Mar 16 Juin - 16:29 (2015)    Sujet du message: La peine de contrainte pénale s’installe lentement en France Répondre en citant

La peine de contrainte pénale s’installe lentement en France




La contrainte pénale, cette nouvelle peine purgée en dehors de la prison – pour les délits, jamais pour les crimes –, progresse doucement : 610 contraintes pénales avaient été prononcées au 1er mai depuis le 1er octobre 2014, date de la mise en application de la mesure, dans 100 tribunaux (sur 164). Soit moins d’une centaine par mois. C’est peu, au regard de l’étude d’impact de la loi du 15 août 2014, qui tablait sur 8 000 à 20 000 mesures annuelles – à ce rythme, les contraintes pénales ne devraient pas dépasser de beaucoup le millier en octobre 2015, et sont bien loin de vider les prisons comme le craignait l’opposition.
La chancellerie ne s’en inquiète pas. D’abord parce qu’il faut le temps que les magistrats s’approprient cette nouvelle peine, très proche, et peut-être trop proche, du vieux sursis mise à l’épreuve (SME), créé en 1958. Ensuite parce que la contrainte pénale exige, à la différence du SME, un suivi intense des condamnés, et que les premiers renforts en conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation ne sont pas encore formés – 362 stagiaires devraient arriver en juridiction en septembre. Enfin le travail d’intérêt général (TIG), si commun aujourd’hui, avait eu lui aussi un peu de peine à s’installer.
Le TIG consiste pour un condamné à travailler pour une association ou une collectivité territoriale sans rémunération ; il est prononcé à titre de peine principale, alternative à l’emprisonnement, ou en complément d’une peine avec sursis, pour 20 heures au moins et 210 heures au plus pour les délits. Robert Badinter a créé la mesure en 1983, 944 TIG ont été ordonnés dans les sept premiers mois de 1984 – contre 610 contraintes pénales pour une période comparable. En 1984, 2 700 TIG étaient exécutés, 6 700 en 1985, 17 000 en 2013.

Pour l’heure, 85 % des contraintes pénales ont été prononcées lors d’un jugement devant un tribunal correctionnel, surtout après une convocation, sur ordre d’un magistrat, par un officier de police judiciaire (49 %), soit après une comparution immédiate (24 %), soit après un plaider-coupable, une négociation avec le parquet avec l’accord de la personne condamnée (15 %). Il était prévu à l’origine une « césure » du procès pénal : le tribunal tranche d’abord sur la culpabilité, puis après un examen poussé de la personnalité, du profil, du milieu du condamné par un conseiller d’insertion, fixe lors d’une seconde audience la peine. Procédure lourde, qui pour l’heure ne semble pas avoir été utilisée.
Lire le reportage : A Créteil, des conseillers d’insertion « imaginatifs » et débordés inaugurent la peine de probation
Un tiers des contraintes relève d’atteintes à la personne – la plupart du temps des violences –, un autre tiers du contentieux routier, le reste s’éparpille sur les atteintes aux biens (19 %), les vols surtout, ou les infractions aux stupéfiants (7 %). La durée de ces contraintes pénales, cinq ans au maximum, est la plupart du temps de deux ans (47 %), voire de trois (23 %). Le condamné qui ne respecte pas les contraintes de cette nouvelle peine risque la prison. Au bout de quatre mois, le juge d’application des peines évalue les résultats du suivi, en cas d’échec le condamné peut être incarcéré, pour une durée fixée par le tribunal : d’un à trois mois pour 26 % des condamnés pour contrainte pénale, de quatre à six mois pour 48 % d’entre-eux, de sept mois à un an pour 21 %. La peine est récente, il est trop tôt pour évaluer le nombre de rechutes.
L’autre mesure emblématique de la loi du 15 août 2014 est la libération sous contrainte : le juge d’application des peines a désormais l’obligation d’examiner la situation d’un condamné aux deux tiers de la peine, et peut, s’il le juge utile, le remettre en liberté sous contrôle : le taux de récidive est en effet moindre lorsque la fin de la peine d’emprisonnement est aménagée. Le nombre de libertés sous contrainte, applicable depuis janvier, est très modeste : si au 1er mai, 13 647 condamnés bénéficiaient d’un aménagement de peine (22 % des condamnés), 474 seulement (3,5 %) étaient libérés dans le cadre d’une libération sous contrainte, en grande majorité sous bracelet électronique, mais aussi, et c’est nouveau, en semi-liberté, où il s’agit, avec des horaires stricts, de rentrer le soir en détention.
13 647 aménagements de peine
66 967 personnes étaient détenues au 1er mai (contre 68 643 au 1er mai 2014, l’un des niveaux le plus hauts depuis la Libération), 11 741 étaient écrouées mais non détenus (placées sous bracelet électronique ou à l’extérieur), soit 78 708 personnes sous écrou.
L’administration pénitentiaire comptait au 1er mai 57 826 places opérationnelles. 7 établissements ou quartiers ont une densité supérieure à 200 %, 31 entre 150 % et 200 %. 1 090 détenus vivaient au 1er avril sur des matelas par terre.
13 647 condamnés bénéficiaient au 1er mai d’un aménagement de peine, dont moins de 500 dans le cadre d’une libération sous contrainte.
Près de 172 000 autres personnes sont suivies en milieu ouvert, l’administration pénitentiaire a donc la charge de 249 298 personnes. Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP) sont 4 538, les surveillants 26 734.


Source : lemonde.fr
_________________
Titi_nikki

La prison est un dépotoir de ce que la société ne sait pas gérer


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 16 Juin - 16:29 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
clara


Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2014
Messages: 29
Féminin Bélier (21mar-19avr)
Point(s): 29
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Mer 8 Juil - 10:44 (2015)    Sujet du message: La peine de contrainte pénale s’installe lentement en France Répondre en citant

Il y a vraiment un fossé entre la réalité des lois et leur mise en pratique. Les juges prononcent toujours autant de prison ferme avec incarcération. On devrait déjà commencer par supprimer les comparutions immédiates qui sont, selon moi un non respect des droits. Comment peut on imposer à un avocat commis d'office, qui va être payé à coup de lance pierre d'assurer 5 défenses élaborés dans la même après midi? Même avec la meilleure volonté du monde, il est impossible de faire appel à son propre avocat au vu des délais très courts donc impossible de justifier de quoi que ce soit. Quant à demander un délai pour préparer sa défense, c'est inhumain. Après plusieurs heures de garde à vue, pas de vêtement propre ni même souvent une douche, le prévenu n'a qu'une seule envie: dormir et savoir à quelle sauce il va être mangé, sans compter que pour ceux qui demandent un délai, c'est maintien en détention d'office. Comme la réponse se veut immédiate, ils ne tiennent pas compte de la remise en question du prévenu à distance des actes. En 3 ou 6 mois, il y a de l'eau qui coule sous les ponts et je suis sure que pas mal de personne qui ont l'épée de Damoclès sur la tête investirait cette période pour se remettre en question et tenter de s'insérer ou de se réinsérer.
Enfin bref...


Pour revenir à cet article, la SPIP m'a expliqué que la contrainte pénale avait remplacé la mesure qui consistait à étudier tous les dossiers 4 mois avant la fin de la peine pour proposer le bracelet en systématique. Ce qui fait en pratique que les 2/3 de la peine représentent un temps de détention plus long pour les personnes qui ont des peines inférieures à un an. Avant, quand une personne prenait un an, elle pouvait espérer le bracelet au bout de 5 mois. Maintenant, c'est au bout de 6 mois. 


Revenir en haut
titi_nikki
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2012
Messages: 2 504
Localisation: Angers
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 2 660
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Mer 8 Juil - 16:34 (2015)    Sujet du message: La peine de contrainte pénale s’installe lentement en France Répondre en citant

Il est vrai que dans les jugement la contrainte pénale est trop peu pronencée par les juges. Quand à la comparution immédiate c'est une mesure liberticide.
_________________
Titi_nikki

La prison est un dépotoir de ce que la société ne sait pas gérer


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:25 (2016)    Sujet du message: La peine de contrainte pénale s’installe lentement en France

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Prisons Index du Forum -> LES RUBRIQUES : -> ..............................LES LIBERTES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com