Forum des Prisons Index du Forum
Forum des Prisons Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 BIENVENUE SUR LE FORUM DES PRISONS 
  
     
      


Nouvel(le) inscrit(e) ? Pour préserver la vie privée de nos membres, pour mieux vous aider ou vous soutenir.

présentez-vous dans les 3 jours suivant votre inscription.

 
Cliquez ici pour accéder au forum de dialogue


Cliquez ici pour accéder au portail

 Cliquez ici pour accéder à la page Facebook du forum

      
Les Baumettes - Marseille

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Prisons Index du Forum -> LES RUBRIQUES : -> ..............................TOUTES LES PRISONS FRANCAISES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Saphir


Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 13
Localisation: Sud de la France
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat
Point(s): 14
Moyenne de points: 1,08

MessagePosté le: Sam 2 Juil - 16:44 (2016)    Sujet du message: Les Baumettes - Marseille Répondre en citant

Mon témoignage : le déroulement d'un parloir aux Baumettes - Marseille 
 
 
Après deux mois d’attente, j’ai obtenu mon permis de visite. Suite à mon premier parloir, je poste un petit 
compte rendu qui sera peut-être utile à certain(e)s d’entre vous.  
   
 
Je suis arrivée aux Baumettes à 13 h 15, mon parloir était à 14 h 10 mais j’étais tellement stressée que j’ai prévu un peu large et je ne regrette pas car je pense que j’avais besoin de ce temps. J’ai tout d’abord demandé où se faisait l’attente, on m’a répondu « devant la prison, ici même » et j’ai su aussi qu’il fallait attendre l’appel. J’avais un peu de temps devant moi, je suis allée à l’accueil des familles où on m’a donné quelques renseignements  :  il n’y a pas de distributeur de boisson au sein de l’établissement donc pas besoin de garder de la monnaie, il faut que je mette toutes mes affaires dans un casier avec un cadenas, je n’en n’avais pas, j’ai demandé « vous en vendez ? » on m’a répondu « oui » j’en ai acheté un (3 euros), le personnel a eu des mots rassurants, les mots que j’attendais, les mots qui ont fait que mon stress a un peu diminué… (Je dis bien un peu), Je suis retournée devant la prison et j’ai attendu.L'appel pour 14 h 10 à eu lieu à 13 h 50, il faut absolument être présent à ce moment là sinon vous vous verrez dans l'impossibilité de rentrer. Alors attention lors de cet appel, ce n’est pas votre nom qui est donné c’est celui du détenu. J’ai eu la bonne réaction car lorsque l'on a appelé le nom de mon ami j’ai tout de suite répondu « oui » alors que j’attendais mon nom. L’appel se fait par ordre alphabétique.

Le groupe (composé essentiellement de femmes) est entré dans un SAS, c’est la première étape, c’est tout petit, on a déjà l’impression d’étouffer. Heureusement je discutais avec la personne qui était derrière moi, c’était son premier parloir également et nous nous réconfortions un peu l’une et l’autre. Ensuite il y a un peu d’attente avant de passer devant un surveillant à qui on remet la carte d’identité en donnant le numéro d’écrou, il valide, il nous fait signer une fiche et on passe ce second palier. Il y a à droite des casiers, c’est le moment d’y déposer notre sac, nous ne devons rien garder sur nous, sauf une bouteille d'eau avec le bouchon (obligatoirement) car c'est le surveillant qui va la décapsuler (ceci pour vérifier si la bouteille ne contient pas d'alcool).
Je dépose donc mon sac et me mets devant la file d’attente pour l’étape suivante (passer sous le portique). Il faut enlever les chaussures et éventuellement, si on en a une, la ceinture. On pose tout ça dans un bac et on passe en même temps que le bac. Le portique n’a pas sonné, je n’avais rien en métal sur moi, pas même les armatures de soutien gorge que j’avais préalablement enlevées.  Une fois passée on m’annonce que je peux récupérer mes chaussures dans le bac et je passe à l’étape suivante, la salle d’attente.

Une fois que l'intégralité du groupe est réuni on nous ouvre, nous entrons dans une cours et montons un étage. Ici on peut déposer notre sac de linge (sac cabas avec fermeture éclair disponible à l'accueil famille pour 2 euros) ainsi que la fiche d'inventaire (également disponible au centre d'accueil) et après enregistrement auprès d'un surveillant on passe à droite dans une autre salle d'attente où l'on doit se présenter à l’accueil pour récupérer la carte magnétique. Je la récupère auprès d’une personne très courtoise qui me demande si je suis bien « X » (en donnant mon prénom), je lui réponds « oui » il me souhaite (car c’est un homme) un bon parloir. J’avoue que je suis surprise par l’amabilité du personnel pénitentiaire, je n’avais pas lu beaucoup de bien le concernant.
Il y a trois bornes de réservation parloir, je profite pour réserver pour la semaine prochaine, cela évitera les attentes interminables au téléphone.

Au bout d'un bon moment, un surveillant revient faire l'appel, au nom de mon ami je me présente et on m’annonce un numéro, c’est celui de ma cabine. Je le note dans un coin de ma tête. Le groupe se retrouve une fois de plus à attendre et enfin on nous ouvre une longue rangée de cabines. Là j’avoue que le stress est bien remonté… Je longe le couloir en cherchant le numéro, j’ai le cœur qui bat de plus en plus vite. Je trouve enfin mon numéro, je rentre mais en évitant de fermer la porte car je ne sais si c’est à moi de le faire. Je me retrouve dans une petite cabine moins pire que ce que j’imaginais, on m’avait annoncé des box vitrés, en fait ils sont vitrés dans les deux couloirs (celui du visiteur et celui du détenu) mais ils sont fermés à droite et à gauche ce qui fait que cela reste très intime. Le surveillant me ferme la porte. Je vois le mouvement en face, dans le couloir des détenus, ils commencent à arriver. Mon cœur se remet à battre encore plus vite. Soudain, j’entends la voix de mon ami qui parle à un surveillant, quel bonheur d’entendre cette voix ! 

Je suis déjà émue alors qu’il n’a pas encore passé la porte. Il rentre enfin, je ne sais quoi dire, je suis comme paralysée. C'est lui qui brise la glace, il est très détendu et il me met à l'aise. Je lui trouve une excellente mine et je le lui dis. Il me répond « tu t’attendais à me voir comment ? » je ne sais plus quoi répondre, je voudrais que ce moment dure une éternité, nous sommes là, l’un devant l’autre un peu « sonnés »… c’est vrai qu’il a bonne mine, il est bien rasé, bien habillé et il veut laisser paraître que tout va bien. De nous deux je crois que c’est moi qui suis la plus pale ! Pourtant j’ai pris un peu le soleil mais je n’arrive pas à cacher mes émotions autant que lui. Ensuite nous nous asseyons, nous discutons de plein de choses, il parle beaucoup de sa détention, de ses codétenus, de ses activités, des programmes qu’il regarde à la télé… Je l’écoute sans l’interrompre, je suis là avant tout pour le soutenir et non pour parler de moi et de la vie extérieure. Il me pose quand même pas mal de questions me concernant. Notre dialogue continue, le temps passe à une vitesse folle, à plusieurs reprises j’entends un peu de mouvement et je dis « non ce n’est pas encore fini ? » je redoute l'instant où l’on va venir mettre un terme à ce moment d’échange, ce moment tant attendu. Et puis soudain c'est la fin ! Le surveillant arrive du côté « détenu », mon ami a juste le temps de me dire au revoir.

Je me retrouve à nouveau seule dans la box, seule avec le sac de linge qu'il m'a remis. Je me sens encore un peu avec lui c’est pour cela que je ne panique pas d’être encore enfermée, en fait je ne réalise pas vraiment. On vient m’ouvrir, je ressors, je revois les personnes qui attendaient avec moi, certaines sont en larmes, moi je ne pleure pas, je suis encore dans ma bulle, je pense à cet instant que je viens de passer avec mon ami et je ne veux pas en sortir, c’est certainement ce qui me permet de ne pas craquer. L’attente pour la sortie n’est pas longue, on nous rend notre carte d'identité, je récupère mes affaires dans mon casier et me voilà dehors. 

Ce premier parloir restera un moment unique et intense. Certes on a envie de voir les gens que l’on aime en dehors de tout cela mais quand il n’y a pas le choix il faut savoir qu’un parloir reste et doit rester un instant privilégié avec son proche, qu’il n’est pas une contrainte. Le personnel fait son possible pour mettre les visiteurs à l’aise. Je redoutais ce premier parloir comme beaucoup et je ne savais pas du tout comment j’allais sortir du centre de détention, mais tout s’est vraiment bien passé et depuis j'y retourne sans craintes. La deuxième fois j'ai pu conseiller certaines personnes pour qui c'était le premier parloir comme on l'avait fait pour moi la fois précédente. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 2 Juil - 16:44 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
titi_nikki
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2012
Messages: 2 505
Localisation: Angers
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 2 662
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Mar 12 Juil - 09:00 (2016)    Sujet du message: Les Baumettes - Marseille Répondre en citant

Merci pour ce témoignage très intéressant qui illustre bien un premier parloir.
Pour le personnel pénitentiaire, ce sont des humains et il y en a qui font leur travail avec beaucoup d'humanité et d'autres qui malheureusement ne font pas preuve d'autant de compréhension.
_________________
Titi_nikki

La prison est un dépotoir de ce que la société ne sait pas gérer


Revenir en haut
Saphir


Hors ligne

Inscrit le: 16 Mai 2016
Messages: 13
Localisation: Sud de la France
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat
Point(s): 14
Moyenne de points: 1,08

MessagePosté le: Ven 18 Nov - 14:44 (2016)    Sujet du message: Les Baumettes - Marseille Répondre en citant

Bonjour,


Je reçois des messages privés pour me remercier de mon témoignage et j'en suis touchée.
Je suis heureuse de pouvoir aider à travers ses quelques lignes celles qui comme moi, ont dû affronter cette terrible épreuve de la séparation avec leur compagnon ou leur proche et de ce premier parloir tant redouté.

Aujourd'hui mon copain est sorti, il s'est pris en main très rapidement une fois dehors, il a retrouvé un emploi et ces quelques mois de détentions lui ont fait prendre conscience de beaucoup de choses. Certains craquent à leur sortie et ne sont que l'ombre d'eux même d'après ce que j'ai pu lire, d'autres réagissent.... c'est le cas de mon copain qui a su faire les bons choix et qui s'est dit "plus jamais ça"... Aujourd'hui c'est un homme nouveau.

Cette épreuve nous a également rapproché , je l'ai toujours soutenu, j'ai toujours été là pour lui.
Sachez qu'il est important en dehors du parloir de lui écrire, de lui donner des nouvelles de l'extérieur, lui envoyer des photos, des journaux, de parfumer son ligne.... ce sont des petites choses qui font que leur "séjour" (si l'on peut appeler cela ainsi) devient plus supportable.... 

Bon courage à toutes à à tous ceux qui ont encore leur proche en détention... 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:41 (2018)    Sujet du message: Les Baumettes - Marseille

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Prisons Index du Forum -> LES RUBRIQUES : -> ..............................TOUTES LES PRISONS FRANCAISES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com